Texte à méditer :  En informatique, on ne dit pas : ça marche pas ! On dit : j'y suis pas encore arrivé !  
2016-2017
2014-2015
2012-2013
2011-2012
2009-2010
 ↑  
Visites

 309402 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Le brochet est présent dans presque toutes les eaux douces françaises et parfois dans les eaux légèrement saumâtres. Son aire de dispersion naturelle s'étend à toute l'Europe.
Le corps du brochet est allongé en forme de fuseau. Sa perfection hydrodynamique et la position rejetée en arrière de la dorsale et de l'anale, à la façon d'un empennage de flèche, révèlent l'aptitude du poisson aux attaques fulgurantes. La tête se termine par un museau aplati évoquant un bec de canard. La mâchoire inférieure est prognathe, la bouche largement fendue, armée de 700 dents implantées sur les mâchoires, la voûte et le plancher de la gueule. La tête est semée de 37 pores sensitifs de même nature et ayant la même fonction que la ligne latérale. Les yeux, situés vers le sommet du crâne, permettent l'observation vers le haut. On trouve des brochets de forme courte (petite tête, corps massif et court), qui caractérise en général les poissons des eaux calmes et riches en nourriture, et les brochets de forme longue (tête grosse, corps allongé et nerveux), typique des poissons de pleine eau courante.

brochet.jpg

Reproduction :


La reproduction des brochets s'effectue lorsque la température de l'eau se situe entre 9 et 11°C. Mâles et femelles convergent vers les lieux de frai. Les géniteurs remontent jusque dans les fossés remplis d'eau, ou recherchent les parties les moins profondes d'une pièce d'eau. Les femelles, selon leur poids, peuvent pondre jusqu'à plusieurs centaines de millier d'œufs jaunes orangés, de 1 mm de diamètre qu'elles déposent à faible profondeur, parmi les joncs et autres plantes aquatiques. Ces œufs sont fécondés par plusieurs mâles, en général plus petits que la femelle. L'éclosion a lieu dans les 15 à 20 jours qui suivent. La larve demeure attachée à la végétation en position verticale, vésicule résorbée ; dès qu'il prend une position horizontale, le brocheton se met en quête de proies : zooplancton au début, ensuite petites larves, puis alevins de toutes espèces, y compris les congénères. Le cannibalisme est un problème en ésociculture. La croissance du brochet est rapide en milieu favorable, surtout pendant les premières années. Le jeune brochet se nomme brocheton, carreau, lanceron, sifflet, manche de couteau…

Nourriture :


Le brochet est un poisson carnassier. Il se trouve placé à l'extrémité d'une chaîne alimentaire biologique, où il joue un double rôle : assurer la continuité de l'espèce et participer à l'équilibre de son biotope.
Un brocheton, dans sa première année, prélève une moyenne de 15 à 17% de son poids sur le zooplancton, et seulement 10 à 12% si sa nourriture se compose exclusivement de petits poissons. Dans sa deuxième année, il se nourrit de 10% de son poids de larves aquatiques et de 3 à 5% de poissons. Par la suite, ses périodes d'appétence, pendant lesquelles il peut absorber des proies atteignant le tiers de son propre poids, sont séparées par plusieurs jours d'inappétence. Dans des conditions moyennes, il faut au brochet 4 à 6 kg de poisson fourrage pour un gain de 1 kg..
Pour bien saisir le mécanisme de la chaîne alimentaire biologique, et voir que le brochet en constitue un maillon indispensable, prenons l'exemple du gardon et de la perche, qui dans les plans d'eau où les trois espèces cohabitent, constituent de 60 à 80% de la nourriture du brochet. Les données moyennes sont les suivantes :
- brochet : frai en février-mars ; pouvoir de reproduction relativement faible ; cannibalisme ; grand carnassier.
- perche : frai en mars-avril ; fort pouvoir de reproduction ; cannibalisme ; petit carnassier.
- gardon : frai en mai-juin ; très fort pouvoir de reproduction ; non carnassier.
Il apparaît clairement que l'échelonnement des périodes de frai permet aux jeunes brochets de limiter la densité des alevins de perches, dont la sur densité constituerait un danger pour la population en gardons naissant après eux. Par contre, ces derniers sont eux-mêmes efficacement limités par les perches, sinon, leur excès entraînerait une inéluctable dégradation du biotope dans sa capacité biogénique. Par ailleurs, on note l'accroissement du pouvoir de reproduction des espèces placées en situation de proie et le cannibalisme qui intervient comme un ultime moyen d'autolimitation, bien qu'il ne soit pas suffisant pour empêcher radicalement un peuplement pléthorique conduisant à un nanisme de l'espèce.
A propos de ce poisson, il convient de s'en tenir à une observation objective et se garder des idées reçues et des interprétations anthropomorphiques et moralistes.
Tout cela étant entendu et admis, comment est-il possible de continuer à voir dans le brochet un ravageur qu'il faut détruire avec acharnement pour qu'il ne fasse pas disparaître les autres espèces, alors qu'il joue un rôle déterminant dans leur survie ? Et encore convient-il bien de garder à l'esprit le fait que le brochet est le principal agent de la sélection naturelle, qui permet aux souches spécifiques de demeurer saines et vigoureuses, puisqu'il ne parvient à attraper, la plupart du temps, que les sujets les moins aptes, les poissons malades ou blessés, les parasités, les mal-venus, etc.

nicolas


Date de création : 10/03/2010 @ 09:30
Dernière modification : 06/10/2010 @ 09:14
Catégorie : 2009-2010 - Travaux délèves
Page lue 1566 fois

En classe 2017-2018
En classe 2016-2017
En classe 2014-2015
En classe 2013-2014
En classe 2012-2013
En classe 2011-2012
Sondage
Cet animal est ... ?